11. BOLLORE – Autolib’

Problématique

Comment valider et promouvoir, à grande échelle, les qualités exceptionnelles de la batterie Lithium métal polymère (pas d’effet mémoire à la recharge, 2000 cycles possibles, pas de risque d’incendie) ?

Solution

Il avait été envisagé de louer des voitures électriques en courte et longue durée, mais le manque d’infrastructures, la méfiance bien naturelle à l’égard d’une nouveauté, si sympathique qu’elle puisse être, dont on ne veut pas essuyer les plâtres rendait le succès dépendant du long terme. L’appel d’offre pour un autopartage lancé par la mairie de Paris est apparue comme une opportunité qu’il ne fallait pas manquer : l’échelle proposée, Paris et sa banlieue, est idéale pour ce démonstrateur.

Résultat

Au bout d’un an (lancement officiel le 5 décembre 2011) :

- 1.750 véhicules en circulation, 3.000 prévus au terme de deux ans

- 46.000 abonnements ayant généré 500.000 locations - 3.000 points de recharge répartis sur les 47 communes, dont Paris (un non-abonné peut recharger sa propre voiture sur les bornes)

- Un taux de satisfaction exprimé très élevé, validé par une fidélité, d’où un taux écrasant d’abonnements à l’année

- Aucune défaillance technique des véhicules

- Une remontée des informations centralisée permettant un retour d’expérience à grande échelle, tel que jugé nécessaire pour lever les derniers doutes concernant la technologie Lithium métal polymère.

- Un changement déjà très perceptible de l’image auprès des éventuels gros clients de la technologie.

- 5.000.000 km parcourus par la flotte en un an

Points clés

Ce que la location classique rendait aléatoire a été parfaitement réalisé par la vente de l’usage, c’est-à-dire l’économie de fonctionnalité.

Ce modèle offre une telle liberté, basée sur le contrat de résultat, que le client potentiel ne prend pas grand risque en essayant ; le bouche à oreille fait le reste. Alors que le client a le choix entre un achat à la journée et un abonnement à l’année, celle-ci est totalement dominante.

Ainsi, lorsque le produit est bon et bien positionné, le client choisit la fidélité et le moyen long terme.

Contrairement à une crainte exprimée à diverses reprises, l’attachement à la propriété n’est pas du tout un obstacle au développement de la vente de l’usage. Ce cas, comme d’autres, contribue à la montrer.

Ici encore, l’économie de fonctionnalité ouvre le marché à une forte innovation, difficile à promouvoir dans le modèle traditionnel de la vente du bien.